Les déchets plastiques envahissent l’océan

Bouteilles, sachets, emballages et récipients, les matières fabriquées en plastique infestent les océans. L’Institut 5 Gyres a fait une observation continue de l’évolution de la concentration de déchets en plastique déversés dans la mer. Cette matière non biodégradable ne cesse en effet de proliférer si bien que leur agglomération s’apparente parfois à des continents de déchets, tellement ils foisonnent à perte de vue et n’arrivent pas à disparaitre. Les détails dans cet article.

6,3 milliards de tonnes de déchets en plastique en 2017

Les résultats des études menées par Science Advances a permis de révéler un chiffre alarmant sur l’invasion des déchets en plastique non biodégradables qui affectent majoritairement les océans. Science Advances a en effet publié que près de 6, 3 milliards de tonnes de déchets en plastique couvrent la surface des océans cette année 2017. Sans une véritable application des restrictions sur la fabrication et l’utilisation des emballages en plastique, Science Advances estime que ces débris flottants de déchets en plastiques atteindraient un chiffre colossal de 12 milliards de tonnes en 2050, de quoi pouvoir monter le niveau des eaux.

Comment les déchets en plastique se retrouvent dans la mer ?

Les déchets en plastique peuvent se retrouver dans la mer par l’action de l’homme, mais également par les courants d’eau et le vent. Ils peuvent faire de longs voyages pour se retrouver finalement dans les courants océaniques et sous l’action du soleil, ils peuvent se transformer en microplastiques. Afin de suivre le parcours de chemin de ces déchets en plastique, la NASA utilise des bouées de mesure NOOA pour géolocaliser en temps réel la migration des flux.

Les zones aquatiques les plus affectées

D’après les chercheurs de l’institut 5 Gyres, les zones côtières comme la Méditerranée sont les plus affectées par la pollution des déchets en plastique. Toutefois la pollution de toutes les zones océaniques est alarmante même si les gyres océaniques et les zones de convergence sont moins emplis de débris en plastiques. Cette pollution n’est pas sans risque pour le zooplancton. En effet, les organismes marins qui abritent les écosystèmes océaniques sont menacés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench